thyroide

Hypothyroidie : 


La formation des hormones thyrodiennes peut être diminuée en raison de l'atteinte de la glande thyroidienne ou de l'atteinte de la glande hypothalamo hypophysaire qui la stimule .


Les signes cliniques sont variés : asthénie chronique, somnolence, frilosité, ralentissement du rythme cardiaque, constipation, paleur, dépilation, oedèmes, crampes, troubles de rêgles ...


Les étiologies (causes) sont variées :

- autoimmune : thyroidite de Hashimoto, la thyroidite du post partum, 

- non autoimmune:  thyroidite de De Quervain, médicaments, produits iodés ...

- lésion ou anomalie au niveau de la glande hypothalamo-hypophysaire

 

Le bilan sanguin montre une diminution plus ou moins marquée des hormones thyroidiennes périphériques et une élévation de la TSH (Thyroid Stimulating Hormon) lorsque la glande thyroidienne est primitivement atteinte. Dans les causes hypothalamo hypophysaires, la TSH est normale ou basse.

 

Le traitement consiste à donner des hormones thyroidiennes ( Lévothyrox, L Thyroxine). Le traitement est un traitement à vie.


 

THYROIDE

Hyperthyroidie :


La glande thyroidienne peut dysfonctionner et secréter en excès des hormones thyroidiennes (thyrotoxycose) responsable de signes cliniques variés : accélération du rythme cardiaque, nervosité, trouble de l'humeur, insomnie, tremblements, accélération du transit, amaigrissement, sudation, fatigue...

Selon l'étiologie (cause), on peut mettre en evidence un goitre, un nodule thyroidien et/ou une exophtalmie.

 

Le bilan sanguin montre une élévation des hormones thyroidiennes périphériques et une baisse de la TSH (Thyroid Stimulating Hormon)

 

Les étiologies sont variées :

- auto-immune comme dans la maladie de Basedow ou la thyroidite du post partum

- nodule toxique ou goitre multinodulaire

- produits iodés ou médicaments

- thyroidite de De Quervain

- thyrotoxicose gestationnelle transitoire ...

 

Le traitement comporte des mesures :

- générales : repos, sédatifs, bétabloquant en l'absence de contre indications, contraception chez la jeune femme;

- spécifiques: antithyroidiens de synthèse, chirurgie ou radioiode

La durée du traitement est fonction de l'étiologie.

 

 

Nodule thyroïdien

La prévalence des nodules thyroidiens est fréquente dans la population générale (entre 2,5% et 4% selon les séries) et elle est multipliée par 10 en raison de la réalisation fréquente de l'échographie cervicale. Le risque qu'un nodule thyroidien soit un de cancer est de 5%. Le nodule est plus fréquent chez la femme, le sujet agé, les sujets vivant en zone de carence iodée ou ayant subi une irradiation de la région cervicale dans l'enfance. La découverte est plus souvent fortuite, ou plus rarement associée à des signes d'hypo ou d'hyperthyrodie, de signes de compression.

En fonction des antécédents, de l'âge, du sexe, des signes cliniques et biologiques associés, de l'aspect du nodule à l'échographie, on orientera le patient vers une cytoponction du nodule. L'examen se fait à l'aiguille fine sous échographie. Le résultat peut etre ininterprétable, nécessitant une nouvelle cytoponction, bénin (75%), nécessitant une surveillance, suspect (20%) ou malin (5%), nécessitant une prise en charge chirurgicale pour confirmer ou infirmer le diagnostic.